Arnaud Deroudilhe signe le clip de « BUSY P »

Diplômé de l’ECV Aix en Provence en 2008, Arnaud Deroudilhe a un parcours à la hauteur des défis qu’il se lance. Directeur artistique chez Rosapark, du groupe Havas, depuis bientôt 2 ans, il a notamment travaillé sur la très primée campagne Monoprix. Poursuivant en parallèle ses projets vidéo, il a réalisé cette année le clip de « This Song » de l’ancien manager de Daft Punk, Pedro Winter – alias Busy P, sortie chez Ed Banger Records. Il nous décrit ici ses deux activités.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

A la sortie de l’ECV, j’ai travaillé quelques mois à Londres, au sein de l’agence Stylo rouge, où je faisais la direction artistique de pochettes de disques. Je suis ensuite revenu en France, où je suis entré chez Havas City une filiale de BETC d’où naîtra ensuite l’agence Rosapark. Si ce n’était pas forcément ma vocation, j’ai choisi d’y entrer pour me former, apprendre le travail de création dans un contexte client. C’est vraiment enrichissant. Alors qu’en cours on n’avait que notre prof à convaincre, là on a une multitude d’étapes à passer dont les deux principales sont le directeur de création et le client. J’ai énormément appris.

4x3-monoprix-2-500x500
Campagne d’affichage pour Monoprix par Rosapark où travaille A. Deroudilhe. © Havas City.

Qu’est-ce que tu aurais aimé faire ?

J’aime faire de la vidéo et c’est ce vers quoi j’aimerai me diriger, à terme. J’ai commencé à en faire durant ma formation à l’ECV et je continue. Mais je ne me serais pas lancé là-dedans tête baissée dès mon diplôme obtenu. Je trouve que c’est vraiment important de faire ses armes en agence, c’est la suite de la formation qu’on reçoit à l’école. On apprend à vendre un projet, à le défendre, dans la vraie vie. Puis on développe son réseau bien plus facilement qu’on le ferait en tant que jeune free-lance. Par exemple, quand on tourne un spot publicitaire en agence, on fait la connaissance du réalisateur et de l’équipe. Comme on travaille ensemble, le contact s’établit d’emblée. Alors qu’on aurait pas forcément été entendu tout seul.

Le fait de travailler en agence t’aide-t-il dans la réalisation de tes projets?

C’est le réseau que ça permet de développer, indirectement ou directement, qui aide surtout. Par exemple, j’ai rencontré Pedro parce que sa femme travaille aussi chez Rosapark. On était en train de prendre l’apéro après le travail et il nous a rejoints.


Clip de This Song de Busy P réalisé par Arnaud Deroudilhe.

C’est comme ça que le projet est né ?

On a commencé à discuter ce soir-là et de fil en aiguille, j’en suis venu à lui montrer mon travail. Il a adoré le concept créatif de « Bang Bang », une réalisation en gif animé, où la superposition de différentes images crée des situations nouvelles. On s’est tout de suite dit qu’il fallait en faire un clip. Après quelques relances de ma part, il m’a dit «Propose-moi quelque chose ».

Tu lui as proposé un projet complet ou vous y avez travaillé ensemble ?

On y a travaillé ensemble. « This song » est une chanson qui parle des chansons tristes. Celles qui, lorsqu’on les écoute, nous projettent tout de suite dans une forme de mélancolie où se croisent toute une multitude de souvenirs. Et c’est vrai, qu’il n’y a pas de meilleure “Madeleine de Proust” que la musique. Ce clip est un hommage à la musique, aux sensations et aux souvenirs que quelques notes seulement peuvent faire ressortir. Je lui ai donc proposé un concept de départ : avoir à l’image les pochettes des plus grands albums que l’histoire de la musique ait connu. Recadré de manière à mettre en avant certains détails, le visuel de chaque pochette est réinterprété, certaines parties sont découpées et remplies d’images animées qui viennent représenter ces sentiments et ces souvenirs. Cela créée parfois des compositions abstraites, plus ou moins faciles à identifier. Le mélange des textures, des pochettes et des vidéos vient exprimer différentes sortes de souvenirs : certains nets, d’autres plus flous. C’est après avoir vu défiler plusieurs images que l’on comprend qu’il s’agit en réalité de pochettes d’album. Très vite, on se surprend à essayer de deviner à quel groupe et à quel album chaque visuel correspond et le clip se transforme alors en sorte de blind test visuel. Sur Youtube, les gens se sont tout de suite amusés à identifier toutes les différentes pochettes.

As-tu d’autres projets en ce moment ?

Oui ! Je prépare un court-métrage, toujours en parallèle de mon poste chez Rosapark. C’est un projet qui me plait beaucoup et qui j‘espère me conduira à en faire d’autres ! Je travaille aussi sur un clip pour POOM. Un groupe de musique pour lequel j’avais réalisé une série de gifs animés les présentant dans de folles aventures à dos de licorne.

Si tu avais un conseil à donner aux futurs diplômés de l’ECV souhaitant réaliser leurs projets personnels, qu’est-ce que ce serait ?

Créer son réseau et se former en prenant ce qui est bon à apprendre même si un poste ou une mission ne plait pas forcément tout de suite. On a souvent tendance à idéaliser ce qu’on veut. Confronter ce qu’on fait dans la réalité permet d’avancer vers le but qu’on s’est fixé. Et enfin, ne jamais perdre de vue son objectif et être toujours pro-actif pour l’atteindre.

Voir le site d’Arnaud Deroudilhe : www.arnaud-deroudilhe.com