Partenariat entre l’ECV et la ville de Fleury-Merogis

Workshop « Homme 1 – femme 0 : Les inégalités dans le sport »

Les étudiants de 3ème année de Design de l’ECV Paris, ont participé à un workshop, du 9 au 13 janvier 2017, en partenariat avec la ville de Fleury-Merogis afin de présenter aux floriacumois, habitants de Fleury-Merogis, une série d’images vivantes et volontaires, aux points de vues variées pour les sensibiliser et engager le dialogue sur les inégalités et les discriminations dans le sport.

Depuis plusieurs années, la ville de Fleury-Merogis mène un travail de sensibilisation aux droits des femmes et à l’égalité des genres. Ce travail prend des formes différentes chaque année.
Pour l’édition 2017, la ville de Fleury-Merogis propose d’afficher dans l’espace public une série de 16 images différentes pendant 3 semaines. Une série d’objets dérivés liée à la pratique du sport sera éditée : chasubles, cônes, coupelles…des animations courtes seront également diffusées.

Le 13 janvier 2017,  le jury composé de représentants de l’ECV et de la ville de Fleury-Merogis ont pu apprécier les projets de nos étudiants. 16 d’entre eux seront sélectionnés pour être édités par la ville.

Quelques témoignages des étudiants en 3ème année de Design de l’ECV ayant participé à ce workshop :

Chloé :

« Je me suis rendue compte qu’il y avait pas mal de stéréotypes dans le sport. Les sports sont genrés. Ce travail m’a permis de me rendre compte de tout cela autrement. Sur mon affiche, les personnages ne sont pas identifiables volontairement. La femme et l’homme sont représentés pareil avec une question qui interpellera le passant – « Qui est la fille ? » »


Vermania :

« Ce projet m’a forcé à me replonger dans de vieux souvenirs d’enfance. Dans la cours de récréation, les professeurs de sport choisissaient en premier les garçons et les filles venaient trop souvent à la fin, dans la constitution des équipes… Dans mon affiche, j’ai voulu garder un style enfantin pour traduire la notion de souvenir. Toutes les filles ont déjà vécu ce type de situation, dans l’enfance, à l’école. Je voulais dénoncer la mise à l’écart des femmes dans le sport… »


Faustine :

« J’ai voulu jouer sur la carte de l’humour pour dénoncer les inégalités. Mon affiche est rose, une couleur qui ressort bien. On y voit une femme en train de courir et une typo qui agit comme un mur – une interpellation. »