Cursus Animation - Cycle Mastère

Le cycle Mastère du cursus Animation est constitué de deux années d’études après le cycle Bachelor du cursus Animation. Son objectif est la professionnalisation et l’acquisition de domaines d’expertises en vue de former des professionnels de haut niveaux dès la sortie de l’école et ayant un fort potentiel de progression de carrière.

4e année de la formation en Animation

Les projets d’animation prennent une dimension supplémentaire, avec des réalisations de plus en plus ambitieuses en complexité et en durée. Les étudiants approfondissent différents aspects techniques, se spécialisent au sein des équipes projets et multiplient ainsi les expériences de conception et de réalisation de films.

Les étudiants de 4è année réalisent en binôme un court-métrage, dont l’histoire a été développée dans le cours de scénarisation (3è  année de la formation). Ce projet permet de favoriser le travail d’équipe et de découvrir la gestion d’un planning de production. Ce premier court-métrage est évalué à la fin du premier semestre par un jury de professionnels. Dès le second semestre, les étudiants amorcent la post-production de leur projet de fin d’étude. Ils écrivent le scénario, élaborent le design du projet, préparent et développent les éléments 3D et l’animation.

Intégré entre les deux dernières années de la formation, un stage de longue durée est effectué au sein des grands studios d’animation ou sociétés de production françaises et étrangères. Cette expérience permet aux étudiants de mettre en pratique leurs compétences et de les préparer à leur future vie professionnelle.

5e année de la formation en Animation

La dernière année d’étude est consacrée à la réalisation du projet de fin d’étude. Ce projet d’équipe est l’occasion de faire la démonstration de leurs talents et de leurs compétences dans des conditions proches du monde professionnel.

Les cours suivis permettent d’aborder l’ensemble des aspects de la réalisation et de la production : animation, rendering, compositing, montage et générique. Cette réalisation ambitieuse permet également aux étudiants de maîtriser la post-production. Le projet de diplôme peut ensuite être présenté à des festivals et concours internationaux.

Parallèlement, des projets plus courts sont traités dans les cours de 3D temps réel et de design web. Des stages en entreprises en France comme à l’étranger permettent de conforter ses compétences professionnelles.

Formation

  • Année
  • Le croquis d’après modèle vivant est un exercice de base qui développe le sens des proportions et des mouvements du corps humain. La maîtrise de ces acquis est essentielle pour pouvoir ensuite créer et animer des personnages. Dans le cadre de ce cours, les étudiants auront aussi la possibilité de dessiner directement sur tablette numérique.

  • Le concept art est un mode d’illustration dédié à la recherche d’idées, d’ambiances, de couleurs, de situations, de mises en scènes, de compositions et de cadrages. Il sert à développer les concepts d’un projet de film, de court-métrage ou de clip vidéo.

  • Poste très prisé dans les studios de jeu vidéo ou d’animation, il concerne le design des personnages. Charisme, proportions, style sont les éléments clés pour inventer un bon personnage. Au-delà du dessin, il faut saisir la typologie du personnage en définissant ses attributs psychologiques et sociologiques afin de mieux le définir. Ces éléments seront aussi déterminants dans l’animation en production.

  • Véritable bras droit du réalisateur, le story-boarder découpe une histoire en images et décide des cadrages et du montage. Après avoir scénarisé leurs histoires, les étudiants vont apprendre à reproduire des séquences courtes en images précises, étape indispensable pour la réalisation de films.

  • L’animation traditionnelle 2D est essentielle pour maîtriser toute la complexité de l’animation car elle donne vie aux personnages dessinés. Les contraintes techniques sont nombreuses et difficiles d’accès ; leur apprentissage est riche d’enseignement. Logiciels : Flash, After effects.

  • Spécialisation Cinéma d'animation

  • Dans la continuité du compositing, elle englobe l’ensemble des procédés de finalisation d’un film ou d’un court-métrage : colorimétrie, effets spéciaux, montage de l’image et du son… Il s’agit aussi de composer les différentes couches de rendu 3D sur le logiciel de compositing.

  • Les effets spéciaux, ou trucages, sont les différents moyens utilisés dans la production de films, pour créer l’illusion d’actions, d’objets, de personnages ou des phénomènes qui n’existent pas dans la réalité ou qui ne pourraient pas être filmés au moment du tournage. Ils sont enseignés aux étudiants pour qu’ils puissent les utiliser dans leurs projets. Logiciels : After effects, 3DS Max, Rayfire.

  • L’objectif de ce cours est d’effectuer le suivi des différentes étapes de la production : gestion du découpage du film, définition et caractérisation des personnages, recherche du design graphique et sonore. L’étudiant y apprend une méthodologie de fabrication, le respect d’un cahier des charges et du planning de production.

  • Le projet individuel de très court-métrage en animation 3D permet à l’étudiant de maîtriser de manière généraliste l’ensemble de la chaîne de production d’un court-métrage d’animation, tant du point de vue de la conception que de la réalisation. Ce projet est réalisé sur l’année complète et sert de fil rouge à l’ensemble des cours dispensés. Il est l’aboutissement de la formation du cycle Bachelor.

  • Spécialisation Jeu vidéo

  • L’étudiant aborde dans ce cours la partie artistique et créative du game design. Il s’approprie aussi les autres composantes de la chaîne de création des jeux vidéos (programmation, composition sonore, production…) et comprend ainsi toutes les problématiques liées à ce secteur en plein essor.

  • Sur console, PC ou smartphone, tous les jeux nécessitent un moteur temps réel pour pouvoir jouer. Il est donc capital pour nos étudiant de maîtriser les différents moteurs, qu’ils soient en 3D ou en 2D. Une réflexion autour du gameplay, du level design et du graphisme sera donc apporté dans cette matière tout au long de l’année.

  • Matières exclusive de l’ECV Game, cette enseignement explore une multitude d’outils 3D afin d’apprendre aux étudiants à entretenir leur veille technologique. Mais c’est aussi une approche pointue du script et du game programming qui permettra un développement de jeu optimal.

  • Lors de la conception d’un jeu, il faut rapidement orienter et positionner le parti pris graphique. Pour cela une méthodologie bien précise est enseigné afin de se référencer avec des recherches adaptées et optimisées. Un matière qui exige une vision artistique globale et de vrai notion de supervision d’équipe.

  • La notion de Gameplay est bien connue par les joueurs avertis. Etape cruciale, elle se définit par les différentes possibilités d’action offertes aux habitués des jeux vidéo. Cette matière va donc demander à nos étudiants de doser les critères de Jouabilité et de maniabilité de leur jeu en développement. Il faudra également tenir compte de l’expérience utilisateur afin de créer une expérience vidéo-ludique riche et originale.

  • La modélisation sert à créer un décor, un véhicule, un personnage… Une fois cette technique acquise, les étudiants pourront retranscrire leurs créations en 2D et en 3D. Softwares : 3DS Max, Maya, ZBrush.

  • La scénographie est le travail de mise en scène dans lequel la place de l’éclairage est essentielle. Les effets de lumière sur les textures et les décors donneront à la scène son réalisme, son ton, son style. Logiciels : 3DS Max, Maya.

  • L’objectif de ce cours est d’acquérir le savoir-faire nécessaire à la mise en mouvement d’un personnage ou d’un objet. À partir de la modélisation des formes de l’objet, l’étudiant donne vie à sa création. Logiciels : 3DS Max, Maya, Motion Builder.

  • L’animation de personnages s’avère souvent complexe à traiter manuellement. La motion capture permet de récupérer les mouvements d’un acteur grâce à des capteurs et de s’approcher le plus possible des mouvements réels. Cet équipement sophistiqué, mis à la disposition des étudiants, facilite l’intégration des mouvements dans leurs productions et les habilite à se servir d’un outil indispensable des studios professionnels.

  • Le rigging est un procédé de traitement en 3D du squelette d’un personnage. En fonction de la morphologie et des différentes spécificités du personnage, il faut créer un squelette qui supporte une animation adaptée. Étape qui succède au rigging, le skinning est le moyen d’attacher le maillage du personnage à son squelette, de régler les plis des articulations et de vérifier que la modélisation se déforme parfaitement.

  • Suite logique au cours d’histoire du cinéma, cette matière accompagne l’étudiant dans l’analyse des films, d’un point de vue technique et scénaristique. Les types de cadrages, les mouvements de caméra, les différents montages sont étudiés avec précision par les étudiants.

  • Dans un contexte d’ouverture internationale de plus en plus évident, la connaissance de l’anglais est une nécessité pour les étudiants. Que ce soit pour étudier dans une université étrangère dans le cadre des programmes d’échanges de l’école, effectuer un stage dans une agence à l’étranger ou simplement exercer leur futur métier.